Quand la publicité fait avancer le monde

Oui, carrément. Et attendez, je ne parle pas même de spots qui vous sensibilisent à différentes causes, mais des publicités programmatiques.

giphyVous savez, c’est la bannière qui vous suit sur touuus les sites depuis que vous avez zyeuté cette paire de Stan Smith qui serait pas mal dans votre garde-robe pour le printemps. Affichage de baskets, baskets, baskets, baskets, jusqu’à ce qu’achat s’en suive. Vous y êtes ?  Voilà, ces publicités là.

Ces bannières automatiques sont très pénibles économiques, mais la contrepartie est que les annonceurs ont peu de contrôle dessus. Elles peuvent notamment s’afficher n’importe où et à l’insu de leur plein gré sur des sites de fake news, des sites faisant l’apologie du racisme, du sexisme, de l’homophobie ou tout autre idée à laquelle normalement aucune marque, au grand jamais, ne veut être associée.

giphy (2) 13.59.34C’est là qu’intervient Sleeping Giants en proposant aux internautes de signaler aux marques, copie d’écran à l’appui, leur présence involontaire sur ces sites. En demandant le retrait de leurs publicités, les marques contribuent activement à frapper au porte-feuille les sites concernés, dont le modèle économique repose souvent tout ou partie sur la publicité en ligne.

Qu’est-ce qu’on dit ? Merci la publicité, merci Sleeeping Giants et merci les internautes.

Alors vous me direz, ce n’est pas terrible terrible pour la publicité de la publicité programmatique ça ? Mais si, Google va revoir son algorithme pour ne pas perdre lui non plus, des plumes dans l’histoire, et tout sera bien qui finit bien dans le meilleur des mondes publicitaire.

EDIT 17/03 : Le groupe Havas a retiré toutes les publicités Google et Youtube de TOUS ses clients. A suivre…

EDIT 21/03 : Google réagit.

EDIT 4/04 : Problème résolu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Source : L’instant M