[Book] Le Gallodrome

Comment gagner en visibilité sur les réseaux sociaux ?
Pour le Gallodrome : avec un contenu créatif, cohérent avec l’ADN de la marque, des partenariats et des opérations événementielles sur les temps forts de l’année.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le site : legallodrome.com
La Page Facebook : Le Gallodrome

Conseil en communication
Social Media
Réseaux sociaux
Community management Lille

To be or not to be sur Instagram ?

o-INSTAGRAM-LOGO-570Instagram, c’est le réseau qui monte, qui monte. La plate-forme compte désormais plus d’utilisateurs actifs mensuels que Twitter et Snapchat. Du coup, 90% des marques présentes dans le top 100 Interbrand y sont.

Au départ, Instagram c’est une plate-forme de partages de photos. Puis une plate-forme de partage de vidéos. Puis un Snapchat like. Et depuis peu on peut même y créer des albums.

Voici 3 bonnes raisons de créer un compte pour votre entreprise :

1. Instagram est une plate-forme friendly
Du moment que vous proposez des photos de qualité, que vous utilisez les bons hashtags
et que vous dialoguez avec les autres utilisateurs, il est relativement simple d’y faire grandir sa communauté. Contrairement à Facebook où le sponsoring est devenu quasi obligatoire pour recruter et à Twitter où les rites de passages sont tellement complexes que si vous n’êtes pas une marque à énorme notoriété, un journaliste à scoops, un humoriste en puissance et que vous ne comptez pas twitter 10 fois par jour…  Ce n’est pas que ça soit complètement mort, mais c’est pas loin.

2. L’engagement et le reach sont meilleurs sur Instagram que sur Facebook
Vos posts sont plus visibles et l’implication est 58 fois plus importante sur Instagram que sur Facebook et 120 fois plus que sur Twitter. Autrement dit, ça envoie du like et du commentaire. Mais ce n’est pas tout, quand le taux d’engagement sur Facebook baisse d’année en année, le phénomène est inverse sur Instagram.

3. Instagram est une plate-forme « feel good »
Si votre marque doit se faire engueuler, ce ne sera pas sur Instagram. La bisounours attitude y est de rigueur, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil et malheurgiphy au hater qui ce sera égaré là. Même la critique constructive n’est pas acceptée. J’ai vu une fois un internaute souligner que le cadrage d’une photo aurait été plus intéressant sans une rangée de poteaux au 1er plan, le malheureux s’est pris une volée de bois vert et a vu son commentaire supprimé dans le quart d’heure.

Tentés ? Alors voici 2 commandements de la communication de marque via Instagram.

. Subtil, tu seras
Là où tu Facebook les abonnés acceptent une part de publicité directe, sur Instagram le storytelling est de mise. Ce qu’on attend de vous, c’est que vous racontiez une histoire autour de votre marque, de votre produit, de votre service.

. Les influenceurs tu honoreras
Car ils sont un raccourci vers la visibilité. Mais attention, retour au commandement n°1 : subtilité dans l’approche.

Convaincus ? Alors il vous reste une dernière question à trancher. Qu’allez vous montrer sur Instagram, quel discours de marque (fusse-t-il visuel), allez-vous y tenir ?

Si votre activité est par nature, photogénique comme le voyage, la mode, l’architecture, le design, la déco, le sport, la restauration… Ce sera assez simple, un fil rouge et un parti-pris suffiront.

Si le coeur de votre activité ou le produit fini ne s’y prête pas, voyez si vous pouvez faire un pas de côté en montrant les coulisses ou votre cadre de travail, par exemple.

Dans tous les cas, n’oubliez pas que les clichés doivent être de qualité pour espérer attirer l’attention.  C’est une plate-forme de partage du photo, il y a du niveau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

___

Hello ! Et vous, qu’allez-vous raconter sur Instagram pour susciter l’intérêt de votre communauté ? Causons de votre ligne éditoriale 😉

Sauce Bolo – Conseil, Accompagnement, Coaching social media

 

 

 

 

Où sont les faaaans ?

Fan, Fan… il faudrait quand même un jour que Facebook songe à passer à la dénomination « Abonné » comme sur Instragram. Jusqu’à preuve du contraire, une page Facebook n’a jamais rempli un stade, fait s’évanouir quelqu’un ou mis les poils à qui que ce soit. Pas même la page de Beyoncé. Réagir tout court, les internautes le font déjà de moins en moins alors pour la folie, on repassera.

Je ne dis pas qu’aucune marque n’a de fans. Mais objectivement, il n’y a qu’Apple, Burger

giphy (2).gif
« Whaaa, ils ont refait le rayon frais chez Carrefour !! » #PersonneJamais

King, Starbucks et peut-être Primark pour prétendre au titre. Et encore, on parle d’une part de leur clients, pas non plus de tous ceux qui sont susceptibles d’y acheter.

Vous par exemple, vous êtes fan d’une marque ? Au point de vouloir en entendre parler tous les jours ? Non. Nous sommes d’accords. Vous vous abonnez parce que vous êtes intéressés par de l’information sur la marque, des nouveautés, des promos, communiquées de préférence de façon agréable, pertinente, voire amusante. Point.

Alors si on lâchait la grappe aux gens sur les réseaux sociaux ? Diffuser du contenu quotidiennement et même plusieurs fois par jour, on arrête. Alors oui je sais, il y a le sacro-saint reach à maintenir. J’y viens.

giphy (2).gif

En réalité, appliquer un rythme de 2 posts par semaines n’impacte par le reach, tant que le contenu est de qualité. En tout cas, c’est ce que j’ai constaté. Mais ne me croyez pas sur parole. Regardez les pages Facebook de Burger King France qui se contente de un ou deux posts par semaine, Nike peut rester silencieux 10 jours, Oasis 8, Starbucks 20. Par contre quand ils reprennent la parole, ce n’est pas juste pour occuper le terrain, ils sont dans leur ligne éditoriale et misent sur la créativité.

Parler quand on a quelque chose à dire et le faire bien, c’est du bon sens. Donc la meilleure des stratégies pour obtenir de l’engagement. Et quand je dis engagement, je veux dire un un effet réel. Etre entendu, intéresser, donner envie, déclencher une visite ou un achat. Ca vaut plus qu’un like, non ?

giphy (2).gif
« Non, ne partez pas, j’ai besoin de vous, faisez pas les cons ! »

Et pour revenir à ce reach qui pousse au post. Si le but de Facebook est bien sûr de vous inciter à sponsoriser, il n’est certainement pas de vous décourager de miser sur son réseau dans votre mix média.

En outre, si l’évolution des algorithme Facebook est parfois illisible, il semble raisonnable de penser que le réseau social ira toujours, à l’instar de Google, dans le sens de l’amélioration de l’expérience utilisateur. Parce que c’est son intérêt, évidemment. Donc le nôtre de faire de même en pensant nos contenus et leur fréquence.

 




Hello ! Si on misait ensemble sur votre contenu ? Je vous accompagne dans votre communication sur les réseaux sociaux : ligne éditoriale, rubriquage, mécaniques créatives. Ensemble, nous allons réveiller et faire grandir votre communauté sur Facebook, Instagram, Twitter ou Linkedin.

Sauce Bolo – Social media manager – Brand content – Lille